Nous avons entrevu la liberté mais nous gardons encore nos entraves, Mon Dieu, ne rajoute pas sur mon peuple épidémies, mensonges et épreuves. Sommes-nous responsables de ce tremblement de terre inhumain qui nous est venu d'ailleurs ? Mon Dieu, préserve la Biélorussie de la trahison, la vilénie et la guerre. Par ces temps troubles et sauvages où tout se brise autour de nous, Mon Dieu, protège ma patrie bien-aimée de ta sagesse, ta paix et ta chaleur.

G. Bouravkine.